État d’urgence entrepreneurial

La France a besoin aujourd’hui de tous les entrepreneurs et de toutes les entreprises pour créer de l’activité et de l’emploi.

Nous, représentants de toutes les entreprises, TPE-PME, start-ups, ETI, investisseurs, grandes entreprises, nous sommes réunis de manière exceptionnelle ce soir. Ensemble, nous avons fait le point sur les conséquences du projet de loi de finances pour 2013, en particulier de la mesure envisagée sur les plus-values de cession d’actions et de droits sociaux.

Nous avons tous constaté que le dispositif proposé affecterait lourdement la stratégie de croissance des entreprises. Il lèserait durablement l’économie française. Les aménagements envisagés en matière de seuils et de durée de détention ne remettent pas en cause fondamentalement les principes de l’article 6 du PLF et conduisent à une impasse compte tenu de la diversité des situations des entreprises.

Ces dispositions, prises sans concertation, auraient des conséquences très néfastes en matière de développement économique, d’investissement et d’emploi.

Conscients de la gravité de la situation économique de notre pays, nous demandons solen-nellement aux pouvoirs publics de retirer le nouveau dispositif de taxation de ces plus-values.


AFEP

Pierre Pringuet, président

AFIC

Louis Godron, président

CroissancePlus

Olivier Duha, président

EDC

Robert Leblanc, président

Ethic

Sophie de Menthon, présidente

France Biotech

André Choulika, président

France Digitale

Marie Ekeland, coprésidente

Fédération Syntec

Jean-Luc Placet, président

#geonpi

Jean-David Chamboredon, porte-parole

Medef

Laurence Parisot, présidente

PME Finance

Jean Rognetta, président

Réseau Entreprendre

David Pouyanne, président

Télécharger le fichier pdf

Les derniers articles