Nouvelles de Bruxelles

Appel pour une Europe fédérale, budget européen 2014-2020, plan d’action pour l’industrie automobile, lutte contre la sur-transposition des directives européennes, droit de la concurrence, place des femmes dans les institutions européennes…

Nouvel appel d’Angela Merkel pour une Europe fédérale

Le 7 novembre, la chancelière a exprimé devant le Parlement britannique sa détermination à faire revenir la confiance en Europe. Citant Jacques Delors, elle a appelé à davantage de coordination des politiques économiques et plus de politique budgétaire commune: « Nous ne pouvons- nous arrêter à mi-chemin, nous devons être créatifs, nous devons trouver de nouvelles solutions. »

Budget européen 2014-2020: les vingt-sept divisés

Les 22 et 23 novembre, les vingt-sept chefs d’Etats doivent décider à l’unanimité des perspectives financières 2014-2020. Les oppositions sont fortes entre les pays contributeurs (Allemagne et Royaume-Uni) qui, au nom de la discipline budgétaire, ne veulent pas dépenser plus, et les bénéficiaires des politiques européennes (notamment agricole et régionale) qui redoutent une réduction des crédits. Le Medef a rappelé la nécessité de sanctuariser le budget R&D (80 milliards).

Un nouveau plan d’action pour l’industrie automobile européenne

La Commission a lancé le 8 novembre le plan d’action CARS 2020. Ce plan, suivi avec les professionnels, vise à 1) promouvoir l’investissement dans les technologies de pointe et les véhicules propres 2) améliorer la situation du marché, en assurant notamment une surveillance pour éviter la concurrence déloyale 3) aider le secteur à accéder au marché mondial via des « accords commerciaux équilibrés » 4) investir dans les compétences et la formation pour accompagner les changements structurels et anticiper les besoins d’emploi et de qualifications. Le secteur dans son ensemble représente 12 millions d’emplois, 4 % du PIB et un excédent commercial de 90 Mds.

La France veut lutter contre la sur-transposition des directives européennes

Le pacte pour la croissance, la compétitivité et l’emploi présenté par Jean-Marc Ayrault demande que les textes techniques nationaux, plus contraignants que les normes européennes, soient recensées. Le Conseil national de l’industrie fera cet exercice, filière par filière. A l’automne 2013, le gouvernement engagera l’allégement d’au moins un texte législatif et réglementaire pour chacun des douze comités stratégiques de filière.

La France réclame un droit de la concurrence qui prenne en compte la compétitivité

Le rapport Gallois avait pointé le droit européen de la concurrence insuffisamment au service de la compétitivité. Le gouvernement français, dans son pacte pour la croissance, annonce vouloir étudier l’impact de l’introduction d’avis publics d’experts indépendants dans l’élaboration des positions européennes en matière de concurrence.

Peu de places pour les femmes dans les institutions européennes

Les présidents des cinq institutions majeures (Commission, Parlement, Conseil, eurogroupe, BCE) sont tous des hommes. Le Conseil de la BCE comporte à ce jour 22 hommes sur 22. Le Parlement s’est opposé à la nomination du candidat luxembourgeois pour le 23ème siège actuellement vacant. La question sera examinée au Conseil européen. Laurence Parisot a stigmatisé cette situation alors que les entreprises ont, de leur côté, accru très largement la place des femmes dans leurs instances.

Petit-déjeuner débat MEDEF et Mouvement européen-France le 13 novembre au MEDEF

Le MEDEF et le ME-F, présidé par l’eurodéputé Jean-Marie Cavada, organisent le 13 novembre un débat autour du thème : la crise, une « chance » pour l’Europe ? Avec Jean-Paul Betbeze, économiste en chef Crédit Agricole, Marcel Grignard, secrétaire général adjoint CFDT, Christian Saint-Etienne, économiste et Laurent Vigier, directeur affaires européennes et internationales de la Caisse des Dépôts. Débat animé par Sébastien Maillard, La Croix.

Les derniers articles