Nouvelles de Bruxelles

Feuille de route de l’union, présidence irlandaise, budget 2014-2020, chute des profits des entreprises françaises, Michel Barnier, Yves Mersch…

La feuille de route sur l’avenir de l’union économique et monétaire est prête

Les dirigeants des 27 devraient acter, le 13 décembre, une nouvelle étape d’ «une véritable union économique et monétaire». Un rapport van Rompuy-Draghi-Juncker-Barroso sera examiné. En amont, la Commission a présenté hier un programme précis en trois phases : 18 mois – avec l’union bancaire et «un instrument de convergence et de compétitivité» dans le budget européen pour soutenir la mise en œuvre des réformes structurelles dans les États ; 18 mois à 5 ans – avec une amorce de budget pour la zone euro ; + 5 ans – un budget commun de la zone euro et euro bonds.

Irlande : Medef et Afep ont ouvert le dialogue avec la future présidence

L’Irlande préside l’Europe au premier semestre de 2013. La délégation Medef-Afep qui s’est rendue à Dublin les 22 et 23 novembre a pu constater : 1) le haut degré de préparation technique et la disponibilité des autorités irlandaises 2) la détermination à réussir une présidence pour marquer que l’Irlande est redevenue un acteur important dans l’UE 3) la priorité donnée au recentrage sur l’objectif de compétitivité dans le traitement des dossiers européens en cours.

Budget européen 2014-2020 : une partie des dépenses de compétitivité sacrifiées ?

Le sommet européen du 23 novembre a renvoyé à début 2013 la conclusion d’un accord sur le budget 2014-2020. L’unanimité des vingt-sept est nécessaire. Deux points cristallisent les débats: 1) le refus d’augmenter les dépenses (tout en préservant les grandes politiques: agriculture et cohésion, au détriment des investissements de compétitivité, et notamment le numérique et infrastructures) 2) la volonté de certains pays de se voir accorder un rabais sur leurs contributions. Herman van Rompuy, président du Conseil, doit proposer un nouveau compromis, loin des ambitions initiales.

La Commission s’inquiète de la chute des profits des entreprises françaises

Sur la base de onze indicateurs, la Commission, comme elle le fait maintenant chaque semestre a présenté le 28 novembre son analyse des déséquilibres macroéconomiques (rapport du mécanisme d’alerte). Quatorze pays sont visés : France, Italie, Espagne, Belgique, Chypre, Slovénie, Finlande, Pays-Bas et Malte ainsi que (hors zone euro), Royaume-Uni, Suède, Danemark, Bulgarie et Hongrie. Pour la France, sont pointés : la perte des parts de marchés à l’export, l’augmentation du coût unitaire du travail, l’aggravation du chômage et la chute des profits des entreprises, ce qui pèse sur leurs investissements et leur capacité d’innovation.

Michel Barnier : refonder une politique industrielle commune en Europe

Le commissaire Michel Barnier était le double invité du Medef le 27 novembre. A Paris, pour le colloque Compétitivité, concurrence et réciprocité, organisé avec l’ESSEC, et à Bruxelles pour le traditionnel Pôt des Français, organisé avec Air France. Il a souligné la nécessité de réduire les écarts de compétitivité intra-européens grâce au marché intérieur. Il a plaidé pour la poursuite de « la dynamique engagée pour adapter notre droit de la concurrence, imposer plus de réciprocité en matière commerciale et soutenir les efforts d’innovation des entreprises européenne…, nous devons refonder une véritable politique industrielle commune, avec de nouveaux investissements communs, orientés… ».

Le Luxembourgeois Yves Mersch nommé au directoire de la Banque centrale européenne

Les chefs d’Etats et de gouvernement n’ont pas suivi le Parlement européen qui, à l’initiative Sylvie Goulard, demandait qu’une femme siège au directoire de la BCE. Le Luxembourgeois Mersch a été investi. Il sera aux côtés du Français Benoit Coeuré, un des six membres du directoire. Les 27 membres du Conseil des gouverneurs (17 gouverneurs des banques centrales nationales + directoire) sont masculins.

Les derniers articles