MEDEF Actu-Eco de la semaine du 22 au 25 avril 2013

FRANCE
1.Climat des affaires en avril 2013 : nouvelle dégradation de l’indicateur à un niveau très défavorable
2.Situation dans l’industrie : redressement attendu de la demande au 2ème trimestre 2013, après le recul du 1er trimestre

ZONE EURO
3.Climat des affaires en Allemagne en avril 2013 : repli de l’indicateur pour le deuxième mois consécutif

INTERNATIONAL
4.Produits de base mi-avril 2013 : repli des cours, suggérant un fléchissement de l’économie mondiale
5.Tendances récentes des marchés

 


Le climat des affaires en France s’est de nouveau détérioré en avril 2013 : l’indicateur s’est en effet replié et reste inférieur à sa moyenne de longue période. Ceci laisse penser que le printemps ne sera pas meilleur que le début de l’année.

Cette nouvelle baisse de l’indicateur se retrouve dans tous les secteurs à l’exception du Bâtiment, où le climat reste très préoccupant (pessimisme persistant concernant l’activité des prochains mois, emploi en berne, carnets de commandes toujours jugés largement inférieurs à la moyenne) :

  • Industrie : dégradation des perspectives générales comme personnelles, avec des carnets de commandes peu étoffés ;
  • Commerce de détail : pessimisme accru sur les perspectives d’activité (ventes, intentions de commandes, perspectives générales), emploi toujours très terne ;
  • Services : détérioration attendue de l’activité, dégradation des résultats d’exploitation sur la période passée et future, pessimisme dans les anticipations de recrutement.


L’INSEE vient de publier l’enquête trimestrielle de conjoncture dans l’industrie manufacturière pour le premier trimestre 2013. Quatre points sont à souligner :

  • Redressement attendu de la demande globale adressée aux industriels au 2ème trimestre 2013, après le recul enregistré au 1er trimestre. Compte tenu du raffermissement de la demande étrangère, le redressement de la demande globale recouvre une atonie de la demande intérieure ;
  • Légère amélioration de la compétitivité des industries françaises sur le marché européen, tandis que celle à la grande exportation comme sur le marché intérieur est restée inchangée depuis l’été 2012 ;
  • De moindres difficultés de trésorerie : l’indicateur a marqué une légère détente au 1er trimestre 2013 mais demeure à un niveau élevé, confirmant la persistance des tensions ;
  • Poursuite attendue de la dégradation des effectifs au 2ème trimestre 2013, dans tous les sous-secteurs, ce qui n’est que l’effet mécanique de la dégradation des perspectives d’activité ainsi que de la préoccupation des industriels de redresser leur productivité.


Le climat des affaires en Allemagne s’est de nouveau détérioré en avril 2013. L’indice IFO des secteurs de l’industrie manufacturière, de la construction et du commerce s’est replié pour le deuxième mois consécutif, tout en restant supérieur à sa moyenne de longue période (2000-2012).

Ce nouveau repli concerne à la fois la composante « situation actuelle » et les perspectives à six mois. Il reste que dans chacun de ces cas, l’indice est toujours au-dessus de son niveau moyen des années 2000-2012.

Cette évolution de l’indice IFO est conforme à celle de l’indice de confiance des directeurs d’achat (PMI) du mois d’avril, passé sous la barre des 50 (seuil délimitant la zone d’expansion et de contraction de l’activité), notamment en raison du ralentissement des commandes à l’exportation principalement en provenance de la zone euro dans le secteur manufacturier.

La croissance de l’activité allemande semble donc ralentir au début du printemps, sans pour autant s’effondrer. 


Les cours mondiaux des produits de base se sont nettement repliés lors des dernières semaines.

D’une part, cette évolution semble indiquer un ralentissement de l’économie mondiale au printemps 2013.
D’autre part, elle pourrait accentuer la désinflation, voire pousser à la déflation, notamment dans les pays déjà en récession.

De fait, l’indice Coe-Rexecode du cours des matières premières hors pétrole et métaux précieux est retombé à son niveau de la rentrée 2010. Il s’est replié de -2,2% entre le 1er et le 24 avril (-3,7% en euros) et de -6,6% depuis début janvier (-5,3% en euros).
La baisse un peu plus marquée en euros qu’en dollars sur la période récente, bonne nouvelle pour les entreprises françaises et européennes, tient naturellement à la légère appréciation de l’euro au cours de la période considérée.

Dans le détail, malgré une hausse observée au cours des derniers jours, les prix des matières premières industrielles ont baissé de -5,7% en dollars au cours des trois dernières semaines (-7,4% depuis janvier), retombant à leur niveau de l’été 2012, et de -7,1% en euros.

Cette baisse s’explique en partie par celle des métaux communs (cuivre, zinc, aluminium, etc.). Ils ont en effet reculé en dollars (-6% sur la période récente, -8,3% depuis janvier) et en euros (-7,4%, -7%).

Par ailleurs, les prix en dollars des matières premières agricoles se sont repliés de -5,1% (-5,5% depuis janvier), notamment ceux de la laine et du caoutchouc.

Simultanément, malgré une remontée ces derniers jours, le cours de l’or s’est contracté de -10,6% entre le 1er et le 24 avril 2013 (-13,8% depuis janvier), atteignant 1 428 dollars l’once. Il était retombé sous la barre des 1 400 dollars l’once mi-avril, plus bas niveau depuis février 2011.

Enfin, depuis début avril, le prix du pétrole s’est également replié : -8,9% en dollars à 99,8 dollars le baril de Brent. Il est à son plus bas niveau depuis l’été 2012. La baisse a été un peu plus marquée en euros (-10,3% depuis début avril à 76,8 euros). Naturellement, ce repli se sont répercutés sur les prix de l’essence : en France, le niveau du gazole est tombé à 1,356 euros le litre en avril 2013 (et même 1,32 euros le vendredi 19 avril), après  1,39 euros en mars et 1,41 euros en février.



Télécharger le pdf

Les derniers articles