Laurence Parisot sur France 2 : « Il faut changer de modèle »

Invitée de l’émission les 4 vérités le mardi 2 juillet Laurence Parisot a déclaré qu’elle quittait le Medef avec beaucoup de fierté « Je suis très fière de notre bilan, du travail accompli, de l’ouverture que j’ai donnée au Medef. Je suis aussi très fière du bilan social et des accords sociaux historiques que nous avons signés. Commentant la situation économique, Laurence Parisot a estimé qu’il « faut changer de modèle. Il faut changer le système de retraite. Il faut changer le système d’assurance-maladie. »

« Nous avons travaillé énormément, intensément au service de notre pays et des entreprises ces dernières années. Je ne vois que les choses favorables, positives, nouvelles que nous avons apportées. Je suis sans regret parce que je suis déjà aussi un peu dans l’après. Je veux continuer à m’investir dans la vie publique française et toujours apporter mes idées, mon énergie » a déclaré Laurence Parisot. « Je crois que Pierre Gattaz a une chaleur, une sincérité pour parler de l’entreprise qui est tout à fait nécessaire quand on est porte-parole des entreprises françaises, et je suis persuadée qu’il sera aussi capable de faire comprendre au monde politique, aux pouvoirs publics et à l’ensemble de l’opinion publique à quel point il faut s’appuyer sur les entreprises pour sortir notre pays de la difficulté de la situation actuelle » a-t-elle ajouté. Interrogée sur l’examen par le parlement du budget 2014 avec une nouvelle réduction des dépenses publiques à la clé, Laurence Parisot pense que « le gouvernement a compris la gravité de la situation » et juge « tout à fait souhaitable » le niveau de réduction d’un certain nombre de dépenses publiques annoncé. Pour elle « il faut penser et expliquer les choses autrement : il faut changer le modèle. C’est un ajustement global, une adaptation générale qu’il faut essayer d’entamer aujourd’hui. (…) Il faut changer le système de retraite. Il faut changer le système d’assurance-maladie. » « Les entreprises aujourd’hui, a-t-elle poursuivi, sont fragilisées par des carnets de commandes qui restent très bas dans pratiquement tous les secteurs mais en même temps, il faut savoir repérer des bons signes. Je note que depuis quelques semaines la Bourse en France, pas seulement en France d’ailleurs mais en tous cas la Bourse à Paris va mieux. Souvent, les mouvements favorables à la Bourse annoncent une amélioration de l’économie. Donc essayons de prendre ça comme un signe de bon augure mais travaillons aussi sur les ajustements nécessaires compte tenu de la mondialisation, compte tenu de la concurrence vive qui se joue entre tous les pays du monde d’aujourd’hui. » Pour Laurence Parisot, il est également important de « sans cesse expliquer aux Français que la mondialisation est là, que si nous voulons rester un pays riche, un pays leader, il faut penser aussi l’avenir de l’Europe. C’est parce que l’Europe sera puissante que la France sera puissante. »

>> Voir la vidéo

Les derniers articles