Plan « Nouvelle France industrielle »

Le Medef partage la nouvelle ambition industrielle affichée par le gouvernement et complètera dans les mois qui viennent cette première réflexion grâce à son projet « 2020 – Faire gagner la France ». Il appelle le gouvernement à enclencher rapidement une baisse du coût du travail et des charges pesant sur les entreprises afin de maximiser la création d’emplois qui pourra découler de cette ambition.

Le Medef a pris note de l’ambition industrielle affichée par le gouvernement. Il souligne la nécessité impérative que les entreprises et les fédérations concernées soient largement associées à ce plan et soient à la manœuvre pour sa traduction opérationnelle dans les mois qui viennent. Pour que cette ambition se réalise, il est indispensable qu’elle repose sur des éco-systèmes économiques mobilisés et moteurs.

Le Medef a lancé lors de son Université d’été, les 28, 29 et 30 août derniers, une mobilisation de toutes les forces vives pour bâtir ensemble, depuis le terrain, un véritable projet économique pour notre pays à horizon 2020. Le projet du Medef s’intègre pleinement dans l’ambition industrielle affichée par le gouvernement et la complètera dans les mois qui viennent.

Sous la direction de Jean-Pierre Letartre et de Valérie Derouet, l’initiative « 2020 – Faire gagner la France » portée par le Medef a pour objectif de présenter la vision des entreprises et des entrepreneurs pour retrouver une France ambitieuse, porteuse d’espoir et d’enthousiasme. Le Medef souhaite redonner la parole aux entreprises et aux entrepreneurs dans les mois et les semaines qui viennent pour expliquer, proposer, tracer les lignes et incarner le «pacte de confiance» qu’il souhaite proposer au gouvernement. Un pacte dont emploi et croissance seront les piliers.

Au-delà, le Medef souligne que pour maximiser la création d’emplois qui pourrait découler de cette ambition, il convient désormais que le gouvernement avance clairement dans l’allègement du coût du travail et de la fiscalité. Il n’est pas soutenable de proposer aux entreprises d’investir durablement pour préparer le futur sans leur en donner les moyens. Or le rapport Gallois a souligné que les marges des entreprises françaises étaient parmi les plus faibles d’Europe à cause de 100 milliards de prélèvements de trop par rapport à la moyenne européenne.

« Cela fait plusieurs mois que nous disons que la France doit retrouver une véritable ambition économique et se préoccuper de son futur. Cette initiative du gouvernement autour de 34 filières d’avenir doit être très positivement saluée, mais il faut qu’elle repose sur la mobilisation des entrepreneurs de terrain et de leurs fédérations, et ne soit pas une démarche « top down ». Pour autant, cette ambition restera lettre morte si les conditions fiscales, sociales et réglementaires dans notre pays ne sont pas améliorées dans les semaines qui viennent. Il est urgent de baisser les charges pesant sur les entreprises et le coût du travail, de simplifier notre réglementation, de libérer nos entreprises – sinon, nos entreprises continueront à être asphyxiées et n’auront pas la capacité de pleinement investir. Ce qui est en jeu, c’est l’emploi ! » indique Pierre Gattaz, président du Medef.

Les derniers articles