MEDEF Actu-Eco de la semaine du 23 au 27 septembre 2013

FRANCE
1.Demandes d’emploi en août 2013 : -50 000, hausse inhabituelle des sorties enregistrées par Pôle emploi
2.Constructions de logement en août 2013 : repli des mises en chantier de -10,1% en glissement sur un an
3.Climat des affaires en septembre 2013 : amélioration des perspectives, anticipations de recrutement pessimistes
4.Moral des ménages en septembre 2013 : poursuite du redressement, mais à un niveau toujours bas

INTERNATIONAL
5.Climat des affaires en Allemagne en septembre 2013 : nouvelle amélioration des perspectives à six mois
6.Tendances récentes des marchés

 


Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A (sans emploi) en France métropolitaine a diminué de -50 000 au mois d’août 2013, soit -1,5%, après +0,2% au mois de juillet).

Ainsi, le nombre de demandeurs d’emploi baisse pour la première fois depuis février 2011 (pour revenir à 3 235 700 personnes). Par catégorie d’âge, le nombre a baissé en août de -3,6 % chez les moins de 25 ans, de -1,5% chez les 25 à 49 ans et demeure stable chez les 50 ans et plus.

En y ajoutant les personnes en activité réduite (catégories B et C), le nombre total de demandeurs d’emploi a reculé de -62 700 personnes (-1,3%), à 4 789 200.

Entre août 2012 et août 2013, le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de +7,3% (+220 900 personnes). Cette hausse recouvre :

  • par sexe : une progression plus importante chez les hommes (+8,2%, soit +127 700 personnes) que chez les femmes (+6,4%, soit +93 200) ;
  • par tranche d’âge : un accroissement de +2,6% chez les moins de 25 ans (+13 300) et de +6,6% chez les 25-49 ans (+123 700). Les 50 ans et plus sont toujours les plus touchés (+13,4%, soit +83 900) ;
  • par région : l’augmentation du nombre de demandeurs d’emploi (catégorie A) n’a épargné aucune région de la France métropolitaine (+7,5%). La progression est allée de  +5,5% en Basse-Normandie à +14,5 en Corse, en passant par +7% en Rhône-Alpes et en Provence-Alpes-Côte d’Azur, +7,5% en Ile de France, +9,2% en Lorraine, +9,6% en Languedoc Roussillon…

La hausse est de +5,5% dans les départements d’Outre-Mer : +11,7% en Guyane, +6,9% en Réunion, +3,6% en Martinique et +2,1% en Guadeloupe.
 
 
Toujours sur un an, le nombre de demandeurs d’emploi de longue durée (plus d’un an) pour les catégories A, B et C a progressé de +14,7% pour atteindre 1 984 900 (1 730 900 en août 2012), soit 41,4% du total des demandeurs d’emploi. Ils se répartissent ainsi : 8% de moins de 25 ans, 62% de 25-49 ans et 30% de 50 ans et plus.

 Sur ces 1 984 900 demandeurs d’emploi en août 2013, 50% sont inscrits à Pôle emploi depuis 2 ans ou plus : 432 000 avec une ancienneté de 2 à 3 ans et 562 800 avec une ancienneté de 3 ans ou plus (+18% sur un an).

La baisse du nombre de demandeurs d’emploi en août ne préjuge pas de son évolution dans les prochains mois.

Le détail des entrées et sorties à pôle emploi incite, en effet, à la prudence. La baisse des entrées de -9,4% (variation mensuelle) peut être expliquée par la diminution des fins de CDD et contrats d’intérim. Mais la forte augmentation des sorties (+14,5% en variation mensuelle, +75 500) tient à celle des défauts d’actualisation (+38,8% sur le mois), alors que les radiations administratives sont en forte baisse.
La DARES (Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques, Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social) souligne d’ailleurs dans son communiqué du 25 septembre 2013 que « les statistiques publiées peuvent être affectées par une hausse d’une ampleur inhabituelle des sorties enregistrées pour cessation d’inscription pour défaut d’actualisation en août 2013. »


En moyenne mobile sur les trois derniers mois connus (juin, juillet, août 2013), les mises en chantier ont baissé de -3,3% par rapport aux trois mois précédents (+3,3% sur un an). Parallèlement, les permis de construire ont baissé de -17,7% (-25% sur un an).

En glissement sur douze mois, les mises en chantier se sont contractées de -10% entre août 2012 et août 2013, soit une baisse de -38 590 logements nouveaux. Sur cette même période, la construction neuve (86% de l’offre de logements) a enregistré la plus forte baisse.

Les permis de construire se sont significativement repliés (-13%), soit -69 905. Ils atteignent leur plus bas niveau depuis novembre 2010, désormais très en dessous de leur moyenne des années 2000-2012. Cette baisse concerne tous les types de construction : logements individuels, logements collectifs, et plus significativement les logements en résidence.

La construction résidentielle devrait rester mal orientée cette année au vu des indicateurs de climat des affaires dans le bâtiment et des taux d’utilisation des capacités de production dans les entreprises du bâtiment.

Cependant, l’année 2013 sera moins mauvaise que prévu. La Fédération française du bâtiment retient une fourchette de 330 000 à 340 000 logements mis en chantier cette année (346 463 en 2012), ce qui traduit bien l’absence d’un décrochage supplémentaire.


Le climat des affaires continue de s’améliorer en septembre 2013, pour le 5ème mois consécutif. Au plus haut depuis avril 2012, l’indice synthétique  s’approche de sa moyenne 2007-2012, mais reste très  inférieur à celle de 2000-2007, avant la crise. L’amélioration tient à un redressement quasi général des perspectives d’activité, soutenue en partie par la demande étrangère.

Aspects sectoriels :

  • Industrie manufacturière : tassement de l’indice de confiance, du fait d’un solde d’opinion sur l’activité passée en net recul sur le mois précédent.  En revanche, forte progression du solde sur les perspectives personnelles, en dépit de la dégradation des carnets de commandes globaux (stabilité des carnets étrangers). Ces orientations sont générales, à l’exception du secteur des équipements électriques, électroniques, informatiques et machines où l’enquête signale une  détérioration des commandes et un pessimisme sur l’activité à venir.
  • Bâtiment : modeste remontée de l’indicateur, pour le deuxième mois consécutif, à un niveau très en-dessous de sa moyenne des années 2000 (les entrepreneurs sont moins nombreux qu’en août à juger leurs commandes inférieures à la normale).
  • Services : légère amélioration de l’activité dans la période récente (grâce aux services aux entreprises), et anticipation d’une poursuite de cette amélioration dans la quasi-totalité des secteurs.
  • Commerces de détail : redressement sensible du climat pour le 2ème mois consécutif, avec une légère amélioration du solde d’opinion sur l’activité récente et surtout une nette amélioration des anticipations (intentions de commandes, prévisions de ventes).  L’indicateur est toujours en dessous de sa moyenne des années 2000.
  • Commerces de gros : forte amélioration du climat des affaires, l’indicateur restant toutefois inférieur à sa moyenne de longue période. L’activité est en effet mieux orientée, et devrait se redresser dans les prochains mois, avec des intentions de commandes retrouvant des niveaux proches de leur moyenne. Toutefois, dans le secteur des équipements industriels (autres que ceux de l’information et de la communication), les entrepreneurs signalent une activité terne et des intentions de commandes pessimistes, ce qui confirme l’orientation préoccupante des investissements.

Tendances prévues de l’emploi : anticipations de recrutement en septembre toujours pessimistes dans les prochains mois (dans le Bâtiment, les services, et à un moindre degré dans les commerces de détail et de gros). Dans l’industrie, selon les dernières données disponibles (enquête trimestrielle de juillet), les suppressions d’effectifs vont se poursuivre sans s’accélérer au cours des prochains mois (l’INSEE parle d’une « stabilisation dans le rythme des suppressions d’emploi »…).


La confiance des ménages continue de se redresser en septembre 2013 : l’indicateur qui la synthétise gagne +1 point, et +6 points à partir d’un niveau historiquement bas atteint en mai et juin. Il reste en deçà de son niveau moyen 2000-2012.

L’opinion des ménages sur le niveau de vie futur en France s’est améliorée en septembre 2013, pour le troisième mois consécutif. Toutefois, le solde d’opinion reste en dessous de sa moyenne 2007-2012.

S’agissant des perspectives d’évolution de leur situation financière personnelle, les ménages sont un peu moins pessimistes. Cependant, ils sont moins nombreux, par rapport au mois d’août, à considérer opportun de faire des achats importants. Les soldes d’opinion correspondants restent en dessous de leur moyenne 2007-2012.

Dans le même temps, la proportion des ménages considérant qu’il est opportun d’épargner a fortement augmenté (+8 points). Les soldes d’opinion correspondants demeurent au-dessus de leur moyenne de longue période. Elle traduit leurs inquiétudes devant les hausses attendues d’impôts et la mauvaise situation de l’emploi.

Sans doute, les ménages sont moins nombreux en septembre à anticiper une augmentation du chômage. Toutefois, le solde d’opinion reste élevé.


Le climat des affaires en Allemagne s’est très légèrement amélioré en septembre 2013 pour le cinquième mois consécutif. L’indice IFO est à son niveau le plus haut depuis avril 2012.

  • L’amélioration du climat des affaires a été particulièrement  sensible dans l’industrie, pour le neuvième mois consécutif.
  • Dans le commerce de détail, la situation s’est largement améliorée pour le 3ème mois consécutif, alors que la remontée de l’indice a ralenti pour le  commerce de gros après la forte progression du mois d’août.
  • Dans les services, l’Indice a significativement progressé en septembre pour atteindre son plus haut depuis juillet 2011. Les perspectives sont nettement optimistes et le recrutement positivement orienté.
  • En revanche, dans le secteur de la construction, l’indice continue de baisser pour le 3ème mois consécutif. Les perspectives sont très pessimistes.

Cette amélioration globale du climat des affaires au mois de septembre recouvre :

  • une progression très marquée des perspectives à six mois, pour le quatrième mois consécutif, l’indice retrouvant son niveau de février dernier. Selon l’institut IFO, les entreprises prévoient une nouvelle impulsion des exportations ;
  • une décélération de l’indice sur la situation actuelle, après la forte augmentation d’août, sans doute liée au  climat pré-électoral.

Dans les deux cas, l’indice est supérieur à son niveau moyen (2000-2012).

La progression de l’indice de confiance d’IFO est confirmée par celle des autres indicateurs de climat. Ainsi, les enquêtes PMI auprès des directeurs d‘achat sont au plus haut depuis janvier 2013 et nettement au-dessus de la barre des 50 qui marque le passage d’une phase de contraction à une phase d’expansion de l’activité.



Télécharger le pdf

Les derniers articles