Pierre Gattaz sur Radio classique : « Nous chefs d’entreprise, sommes capables de créer un million d’emplois à 5 ans. »

Pierre Gattaz était l’invité d’Eric Mauban dans la Matinale de Radio Classique le vendredi 25 octobre. L’occasion pour le président du Medef de revenir sur les chiffres du chômage et sur le souhait de François Hollande d’en inverser la courbe avant la fin de l’année. Il en a profité pour présenter son initiative de mobilisation des adhérents du MEDEF autour de la création d’un million d’emplois d’ici 5 ans.

A propos de l’inversion de la courbe du chômage le président du MEDEF a déclaré « j’aimerai l’espérer, mais je ne crois malheureusement pas qu’on retrouvera une baisse du chômage rapidement tant que nous n’aurons pas pris les mesures structurelles qui concerneront l’amélioration drastique de la compétitivité des entreprises d’une part et un environnement de confiance pour les entrepreneurs d’autre part. »

Il est également revenu sur la lettre adressée aux chefs d’entreprise de France dans laquelle il propose la création d’1 million d’emplois d’ici cinq ans. « J’ai lancé une initiative depuis quelques jours et notamment une lettre à tous les adhérents, qui a été signée par les 80 fédérations du MEDEF et les 120 MEDEF territoriaux, pour leur dire, il faut une mobilisation générale pour l’emploi. » (…), « Nous chefs d’entreprise, nous sommes capables de créer un million d’emplois à 5 ans. »

Mais cela ne pourra se faire qu’ « à la condition que l’environnement réglementaire social fiscal s’améliore. » A précisé le président du MEDEF. (…) « Les entreprises françaises ont la plus faible rentabilité d’Europe et il est important de désasphyxier le moteur économique qui est encalminé aujourd’hui. »

Pour cela a précisé Pierre Gattaz, « il faut s’attaquer aux réformes structurelles des dépenses publiques, derrière le ras le bol fiscal des Français, des ménages, des entreprises, des salariés, il y a ce niveau de dépenses publiques qui est à 57 % du PIB …12 points de plus que les Anglais ou les Allemands ».

Revenant ensuite sur l’incitation faite aux entreprises de recourir pour leurs salariés à la complémentaire santé recommandée par leur branche professionnelle, Pierre Gattaz a manifesté son mécontentement vis-à-vis du gouvernement rappelant que «  l’accord national interprofessionnel du 11 janvier dernier prévoyait une clause [validée par le conseil constitutionnel] qui n’était pas une clause de désignation. (…) sur ce sujet-là, ce que je vois malheureusement c’est que le gouvernement est en train de contourner un avis du conseil constitutionnel ».

>> Voir la vidéo

Les derniers articles