Pierre Gattaz sur Europe 1 : « Le MEDEF demande un pacte national de croissance et d’emploi »

Pierre Gattaz était l’invité du Grand Rendez-Vous Europe 1, dimanche 17 novembre. L’occasion pour lui de montrer que, face à la souffrance généralisée et à la surfiscalité, le MEDEF est actuellement présent sur tous les fronts. L’occasion aussi de demander au président de la République de lancer « un pacte national de croissance et d’emploi et un moratoire sur tous les projets de loi qui touchent l’économie et l’entreprise. »

« On est extrêmement présent, on est présent partout, on est présent auprès de tous les ministres, on a fait des propositions, trente-deux propositions pour la retraite, on vient de faire onze propositions pour l’apprentissage » a répondu Pierre Gattaz à Jean-Pierre Elkabbach. « Vous avez une souffrance aujourd’hui globale, généralisée, notamment des petits patrons, des commerçants, des artisans… ça fait des mois  qu’on le dit, il y a un ras le bol fiscal, il y a une surfiscalité notoire…,  a-t-il ajouté. Il faut calmer le jeu, il faut apaiser, il faut arrêter. »

« Le MEDEF demande un pacte national de croissance et d’emploi, il y a urgence. Nous demandons au président de la République de lancer un pacte national, avec l’ouverture d’un certain nombre de chantiers, et surtout nous demandons un moratoire sur tous les projets de loi, propositions de loi, qui touchent l’entreprise et l’économie. » a déclaré le président du MEDEF.

Interrogé sur l’augmentation de la TVA, Pierre Gattaz a déclaré n’ être pas opposé à une augmentation mesurée car « elle permet de baisser le coût du travail ». Mais pour lui l’essentiel est bien entendu de « faut baisser généralement le niveau des prélèvements obligatoires du pays. Nous avons cent milliards de trop,  sur les entrepreneurs, qu’ils soient restaurateurs, transporteurs, et sur le coût du travail, tous les rapports le montrent. » «  Il faut faire confiance à l’entreprise, il faut faire confiance aux entrepreneurs (…) L’entreprise a  la solution à 70% des problèmes de notre pays, donc si nous voulons recréer de l’emploi, retrouver de la croissance, eh bien, faisons confiance à l’entreprise, et réduisons le coût du travail. »

Pour Pierre Gattaz, il faut  aujourd’hui « assumer l’économie de marché, il faut assumer l’entreprise, il faut assumer la mondialisation.  (…) On ne peut pas attendre la croissance comme un pompier attendrait la pluie pour éteindre les incendies. Aujourd’hui, il faut la générer, il faut la créer, il faut aller la chercher. »

Pierre Gattaz en est persuadé, «  si rien n’est fait, s’il n’y a pas des réformes structurelles, nous allons continuer de nous enfoncer dans le déficit et malheureusement dans le chômage.(…) Ce que je veux, c’est que la France gagne, ce que je veux, c’est que qu’on retrouve le sens de la conquête, le sens, l’esprit d’initiative, qu’on reparte de l’avant ».

 

>> Revoir l’émission

Les derniers articles