L’économie française asphyxiée : le MEDEF publie le premier « Carnet de santé » trimestriel de la France et des entreprises

<p>Basé sur des données publiques reconnues, claires et transparentes, ce Carnet de santé de la France et des entreprises vise à donner une vision coordonnée de la situation économique de notre pays et de nos entreprises dans la zone euro. </p>

La situation de la France est ainsi synthétisée au travers de dix indicateurs clés : 

 

  • croissance du PIB, 
  • PIB/habitant, 
  • production manufacturière, 
  • emploi marchand, 
  • chômage, 
  • solde commercial, 
  • dette publique, 
  • taux de prélèvements obligatoires (PO), 
  • dépense publique, 
  • prix de l’électricité pour l’industrie.

 

La situation des entreprises est présentée à travers six indicateurs complémentaires : 

 

  • taux de marge, 
  • taux de prélèvements obligatoires (PO) sur les entreprises, 
  • coût horaire de la main d’œuvre, 
  • parts de marché, 
  • investissement productif, 
  • effort privé de R&D. 

 

Les comparaisons sont établies avec la moyenne de la zone euro et deux pays aux économies comparables : l’Allemagne et le Royaume-Uni.

Le premier tableau ainsi publié démontre la gravité de notre situation et la nécessité d’agir vite et fort pour rétablir la situation de notre pays et de son économie. Sur les dix indicateurs relatifs à la France, notre pays est en dernière position sur six d’entre eux, parmi lesquels trois illustrent le mal français : dépense publique, dette publique, taux de prélèvements obligatoires. Seul un, (le prix de l’électricité) s’avère positif et il convient de le relativiser : ce n’est déjà plus le cas pour les industries grandes consommatrices (les « électro-intensifs ») et le débat sur la transition énergétique, s’il est mal mené, est porteur de risques.La situation des entreprises, sans surprise, est très difficile : quatre des six critères sont largement en-dessous de la moyenne de la zone euro. Les entreprises sont asphyxiées par un taux de prélèvements trop élevé ce qui ne leur permet plus de se développer. Ainsi, le seul critère positif (l’effort privé de R&D en pourcentage de l’EBE) ne l’est plus quand on rapporte ce pourcentage au PIB : la marge des entreprises françaises est trop faible et, malgré les efforts importants qu’elles font, elles sont en retard par rapport à leurs concurrents allemands.

Pour Pierre Gattaz, président du MEDEF « la France est malade et ce carnet de santé permet de poser le diagnostic. Le Pacte de responsabilité proposé par le Président de la République peut être l’ordonnance qui permettra la guérison. Les partenaires sociaux ont déjà travaillé à son élaboration et sont arrivés à des propositions. Encore faut-il que la thérapie proposée soit à la hauteur de l’enjeu et que la confiance indispensable à la guérison s’installe. La baisse des dépenses publiques est l’élément clé de ce remède. Il faut que le gouvernement prenne la mesure de la situation, précise son ambition et agisse sans tarder et en cohérence pour rétablir la confiance. »

Ces indicateurs seront actualisés tous les trois mois.

>> Télécharger le carnet de santé de la France et des entreprises au format PDF

Les derniers articles