Discours de politique générale de Manuel Valls

<div></div>

<div><p>Le MEDEF salue la volonté de mettre en œuvre le Pacte de responsabilité mais attend des précisions sur la baisse de la fiscalité et une mise en œuvre plus rapide. La situation économique du pays l’exige.</p></div>

Le MEDEF note avec satisfaction que le Premier ministre a mis la compétitivité des entreprises au cœur de la stratégie économique du Gouvernement. C’est d’ailleurs le sens du Pacte de responsabilité qui doit désormais être mis en œuvre sans tarder. La baisse du coût du travail et de la fiscalité est la seule solution pour rétablir les marges des entreprises françaises, qui sont pour l’instant les plus faibles d’Europe. Il faut tenir l’objectif annoncé par le Président de la République de convergence avec nos grands voisins européens d’ici 2020. Il existe 116 milliards de prélèvements en trop sur les entreprises françaises par rapport aux entreprises allemandes.

Le MEDEF salue aussi positivement l’ambition affichée sur la baisse des dépenses publiques, la volonté de réformer l’organisation territoriale des collectivités et la poursuite de la baisse du coût du travail.

Pour autant :

– Le MEDEF regrette que l’effort supplémentaire sur le coût du travail se passe en deux étapes et qu’un nouveau seuil soit introduit à 3,5 smic.

– Sur la fiscalité, le MEDEF note que les mesures annoncées méritent d’être encore précisées et n’interviennent réellement qu’à partir de 2016 – il demande que le Gouvernement prenne réellement en compte l’urgence de la situation et revoie ce calendrier pour l’accélérer.

– Au-delà des aspects sociaux et fiscaux, ainsi que l’a noté le Premier ministre, la confiance est un élément indispensable pour le retour de la croissance. Elle viendra de la cohérence entre le discours et les actes, et de la constance dans l’effort. Le MEDEF attend donc des prochaines concertations l’annonce de mesures rapides susceptibles de rétablir la confiance. Il faut également que l’ensemble de la majorité parlementaire agisse désormais dans le même sens que le Gouvernement en évitant d’instituer de nouvelles contraintes sur les entreprises.

Pour le MEDEF, une action résolue, cohérente et forte dans l’esprit du Pacte de responsabilité est désormais indispensable. Le temps des discours est révolu. Il n’est plus possible d’attendre. La situation de la France est dégradée, les entreprises sont en péril, l’emploi continue de tomber. Seule une politique résolue en faveur de la compétitivité des entreprises est en mesure de redresser notre pays dans la durée.

Le MEDEF va continuer à se mobiliser pour assurer le succès du Pacte de responsabilité. Il réunira en fin de semaine les présidents de ses Fédérations professionnelles afin de lancer la mobilisation des branches dans l’esprit du Relevé de conclusions signé le 5 mars dernier avec les partenaires sociaux. Il sera néanmoins très vigilant quant au respect des engagements annoncés.

Pour Pierre Gattaz, président du MEDEF : « Les annonces faites par le Premier ministre cet après-midi doivent être saluées, notamment sur la reconnaissance de la place des entreprises, et le volontarisme sur la baisse des dépenses publiques, élément clé pour le redressement de notre pays, ainsi que la poursuite de la baisse du coût du travail. Pour autant, les mesures sur la fiscalité des entreprises doivent encore être précisées et le calendrier annoncé ne semble pas répondre à l’urgence économique de la situation. Nous serons un partenaire exigeant de la mise en œuvre de ce Pacte de responsabilité qui doit être la fois un pacte de compétitivité et de confiance pour les entreprises afin que celles-ci retrouvent rapidement  les chemins de la croissance, de l’investissement et de l’emploi. Nous prenons nos responsabilités, mais nous serons vigilants afin que l’esprit du Pacte imprègne bien la politique suivie par le Gouvernement et par la majorité parlementaire. Il en va de l’avenir de notre pays. »

Les derniers articles