Détail du Plan d’économies : trop flou et trop peu

<p>Le MEDEF a pris connaissance du Plan d’économies proposé par le Premier ministre. Il rappelle que la maîtrise des dépenses publiques est l’élément clé du Pacte de responsabilité car elle conditionne l’ensemble des engagements pris par le gouvernement.</p>

Au-delà de l’imprécision de certaines mesures, le MEDEF rappelle qu’il a proposé de stabiliser sur trois ans les dépenses publiques au niveau de 2014 (1200 milliards d’euros). Cela permettrait d’atteindre 95 milliards d’euros d’économie en 2018 afin, à la fois de respecter nos engagements européens et de baisser la pression fiscale d’ici 2017. La proposition du gouvernement est donc encore loin du compte.

Le MEDEF note quelques points positifs, notamment la suppression de la clause de compétence générale des départements et des régions, la réduction du train de vie de l’Etat et de ses agences ou encore la poursuite de la stabilisation de la valeur du point dans la fonction publique. Le gel des prestations sociales pendant un an est également un acte courageux.

Mais il regrette notamment :

  • que les économies prévues pour l’Etat ne reposent pas sur des réformes structurelles. Or le MEDEF considère qu’il est indispensable de se poser désormais des questions structurelles. Ainsi, il s’interroge sur l’opportunité de maintenir les créations d’emplois prévues dans la fonction publique plutôt que d’avoir une démarche permettant une meilleure mobilité interne en favorisant le passage entre les 3 fonctions publiques. De même, le recours massif à des nouvelles technologies pourrait être l’occasion de réaliser de manière substantielle des économies (dans l’Education nationale notamment).
  • que les économies sur l’assurance maladie ne posent pas les questions fondamentales de l’organisation de notre système de soins. Le MEDEF craint notamment que les économies ne pèsent principalement sur les industriels, sans refonder en profondeur notre système. Or, il est possible de maintenir une excellence de notre industrie et de nos services dans le secteur de la santé tout en réalisant des économies substantielles. Le MEDEF a notamment rendu public la semaine dernière une contribution qui permettrait d’envisager 17 milliards d’économies en trois ans tout en préservant la qualité de notre système de soin.
  • que les économies sur la protection sociale soient aussi peu détaillées et ambitieuses. Rappelant que la récente loi « retraites » n’est pas à la hauteur des enjeux, le MEDEF rappelle l’urgence à conduire une véritable réforme structurelle du système de retraites permettant son retour à l’équilibre à un horizon rapproché.

Pour Pierre Gattaz, président du MEDEF : « La situation actuelle de notre pays nous oblige à regarder la réalité en face et à questionner les dogmes et les tabous. Poser les questions et débattre ne doit pas être vu dans notre pays comme une régression, mais bien comme un progrès démocratique. Le gouvernement doit aller plus vite et plus loin dans son ambition de diminuer les dépenses publiques et proposer de véritables réformes structurelles. On peut le faire sans aller vers une diminution de la protection des citoyens ou une remise en cause de la qualité du travail des fonctionnaires. La baisse des dépenses publiques est la clé de la réussite du Pacte de responsabilité.»

Les derniers articles