Face à une situation économique durablement dégradée, le MEDEF appelle le gouvernement et les partenaires syndicaux à la responsabilité, la cohérence et l’action

Le MEDEF a rendu publique aujourd’hui une application pour Apple et Androïd, ainsi qu’un site internet www.meteodeleco.fr, donnant une vision synthétique de la situation de la France, comparée sur plusieurs années avec celles de ses voisins européens. Basée sur des sources publiques (INSEE, Eurostat, etc.), cette démarche s’inscrit dans l’ambition du MEDEF d’avoir un discours de pédagogie et de clarté sur la situation économique.

Les chiffres montrent une situation de la France qui s’est dégradée depuis plusieurs années, notamment par rapport à ses voisins. Les difficultés actuelles de la zone euro démontrent également que des réformes fortes et rapides sont désormais indispensables. 

Face à cette nouvelle situation économique, le MEDEF appelle le gouvernement et les partenaires syndicaux à :

– Une responsabilité accrue dans les réformes à mener.

 Le système de l’assurance chômage doit continuer à être réformé. Le MEDEF est prêt à s’y impliquer de manière pragmatique.

 Une véritable réforme des retraites doit être engagée afin de régler notre problème structurel pour les années qui viennent. La question de l’âge de la retraite doit être reposée à cette occasion.

 Le système de protection sociale doit être remanié pour qu’il devienne enfin un atout et non un handicap économique. Le MEDEF a formulé de nombreuses propositions dans ce sens.

– Une cohérence réelle dans l’action. Pour créer de la confiance, il faut désormais être cohérent entre les paroles et les actes, mais il est aussi indispensable que les actions soient cohérentes avec la situation économique de notre pays. Ainsi, tout ce qui rajoute de la complexité et génère de l’inquiétude chez des chefs d’entreprise doit être abandonné ou réformé. C’est pourquoi, le MEDEF propose :

 D’abroger le dispositif « pénibilité » prévu dans la dernière loi retraite. Ce dispositif est contradictoire avec les mesures de prévention de la pénibilité qui se développent concrètement sur le terrain. Par ailleurs, son incroyable complexité va à l’encontre de la volonté de simplification affichée par le gouvernement. Il viendra de plus surenchérir le coût du travail à une époque où l’urgence est de le baisser. Ce dispositif kafkaïen, unique en Europe, est enfin une absurdité économique dans une situation déjà largement dégradée. En s’entêtant, le gouvernement fait le choix d’affaiblir les entreprises et de renforcer le chômage. 

 D’abroger les articles 19 et 20 relatifs aux cessions d’entreprise de la loi Economie Sociale et Solidaire. Ces articles sont source d’inquiétude pour les chefs d’entreprise et de contentieux possibles. Leur mise en œuvre se révèle d’une complexité incroyable car ne tenant pas compte de la diversité des situations économiques. Ils risquent de freiner les cessions et les reprises d’entreprises, au moment où nous avons besoin au contraire de libérer les énergies.

– Une action résolue dans les réformes structurelles à mener et en faveur de la croissance. 

 Les réformes structurelles. Le MEDEF s’interroge sur les réformes déjà annoncées. Il lui apparaît que ces annonces ne sont pas à la hauteur de la situation. C’est pourquoi le MEDEF propose d’aller plus loin et notamment : 

     o De se fixer un objectif ambitieux de maîtrise de nos dépenses en valeur et pas en pourcentage du PIB. Le MEDEF propose ainsi de les geler au niveau de 2014, soit 1200 milliards d’euros par an.

     o De définir une méthode claire et partagée pour avancer sur les réformes structurelles indispensables. Le MEDEF a déjà formulé 23 propositions en la matière voilà quelques semaines.

     o De mener des réformes sur l’ensemble de la sphère publique : Etat, collectivités territoriales, protection sociale, en gardant comme ligne directrice l’efficience de la sphère publique, et la nécessité de sauvegarder l’investissement dans les infrastructures pour préparer l’avenir. Il n’est pas acceptable aujourd’hui que les taxes et impôts locaux continuent à augmenter : la croissance des recettes des collectivités locales est estimée à 3,3 % en 2014 et 3,2 % en 2015 dans le dernier PLF.

     o Enfin, les annonces de réformes doivent se concrétiser désormais rapidement : que ce soit la réforme territoriale, la simplification, la fin de la clause de compétence générale…

 Les actions pour relancer l’activité, la croissance et l’emploi. Ainsi : 

     o Le MEDEF a formulé de nombreuses propositions dans son document « 1 million d’emplois, c’est possible ». Il espère que la loi « activité » en préparation pourra les reprendre, et sera ambitieuse et forte.

Pour Pierre Gattaz, président du MEDEF : « La situation économique ne donne pas de signes d’amélioration et n’en donnera pas si les réformes ne sont pas menées jusqu’au bout de manière cohérente. Il faut désormais tout faire pour préserver nos entreprises, et les accompagner. Pour cela, commençons par éviter les mesures contraires à la compétitivité. Le dispositif pénibilité doit être abrogé. Activons enfin une vraie démarche de réforme de la sphère publique, globale et ambitieuse, pour améliorer son efficience. Avançons rapidement pour libérer les énergies des entrepreneurs. La France est un grand pays, nous pouvons rebondir mais il faut désormais agir et ne pas se contenter de parler. »

Les derniers articles