Pierre Gattaz à RTL : « Il faut maintenant des mesures concrètes »

<p>Pierre Gattaz était l’invité de Jean-Michel Apathie, jeudi 6 novembre. Interrogé sur ses attentes vis-à-vis du gouvernement, le président du MEDEF a déclaré qu’il fallait maintenant « des mesures concrètes, des actes. » visant à vraiment simplifier la vie des entreprises, et à baisser réellement les taxes, les impôts et les charges.</p>

« Aujourd’hui, a déclaré Pierre Gattaz, on continue d’avoir un déferlement de taxes, d’impôts, tous les jours, toutes les semaines on nous annonce une taxe nouvelle. ». Les entreprises attendent également du gouvernement de la cohérence : « la deuxième chose que je demanderais au président de la République, c’est de la cohérence par rapport à ses discours, sur la compétitivité des entreprises, sur la mondialisation de l’économie, sur la baisse des dépenses publiques. » afin de restaurer la confiance (…) « Vous avez un discours qui va dans le bon sens, et des actes qui sont totalement inverses, ce qui rend les chefs d’entreprise extrêmement nerveux. » (…) « Je souhaite, que le Président de la République confirme un certain nombre de mesures, qu’il continue d’aller vers la baisse des charges, qu’il annonce des mesures de simplification. Il y a une trentaine de mesures concrètes que nous avons mises sur la table. » 

Interrogé également sur ses récentes déclarations sur la convention OIT, Pierre Gattaz a tenu à clarifier les choses « Je n’ai pas du tout dit qu’il fallait supprimer les justificatifs de licenciement, j’ai dit qu’il y a une peur de l’embauche en France. Pourquoi le chef d’entreprise a peur d’embaucher ? Parce que les licenciements, la sortie, sont compliqués, insécurisés.(…) Il faudrait clarifier les licenciement, et pour faire ça, eh bien il faut s’attaquer malheureusement à l’ OIT, et à la convention 158  qui induit une complexité supplémentaire. » Et a poursuivi Pierre Gattaz, pour réduire la peur qu’on les salariés d’être licenciés, «  il faut cultiver l’employabilité, il faut cultiver des marchés, il faut cultiver l’entrepreneuriat, pour qu’il y ait plus d’emplois en France.  (…) il faut se rendre compte que l’entreprise c’est la clef, de la sortie du pays par le haut. L’entreprise c’est elle qui crée l’emploi, la croissance, la richesse de notre pays. »

>> Réécouter l’émission

Les derniers articles