Projet de loi de finances rectificatives 2014 : où sont les mesures structurelles pour réduire la dépense et relancer l’économie ?

Alors que la situation des finances publiques françaises fait partis des plus préoccupantes de l’Union européenne, le MEDEF constate que les mesures correctrices adoptées en Conseil des ministres ce matin dans le cadre du PLFR 2014 n’apportent aucune réponse sérieuse et pérenne en matière de dépenses publiques et de relance de l’activité.

Alors que la trajectoire des finances publiques a fortement dévié par rapport au programme de stabilité adressé il y a quelques mois aux autorités européennes, et après avoir présenté un budget 2015 insuffisant pour maîtriser l’évolution des dépenses, le gouvernement choisit de fonder le PLFR 2014 sur de nouvelles mesures de recettes : augmentations de taxes, non déductibilité de certaines taxes sectorielles… S’y ajoute une estimation du moindre rendement du CICE, alors qu’il s’agit de la principale mesure de relance de l’activité des entreprises !

Ces mesures sont totalement contraires à l’engagement du Président de la République de n’augmenter aucune taxe à partir de 2015. Elles ne sont pas de nature à rassurer les entreprises, alors que seule une fraction du CICE a été mise en œuvre à ce jour pour un montant inférieur aux prévisions, et que les premières mesures du Pacte de responsabilité ne seront effectives pour les entreprises qu’en 2015.

Pour Pierre Gattaz, Président du MEDEF : « Il est plus que jamais urgent d’engager un effort résolu et structurel de résorption de certaines dépenses publiques. Alors que le déficit s’annonce comme l’un des plus élevés d’Europe et que les mesures susceptibles de libérer la croissance et la création d’emplois tardent, il est inconcevable que les réponses apportées ne consistent qu’à augmenter encore la charge fiscale. Un effort supplémentaire pour réduire la dépense publique est absolument indispensable pour restaurer la crédibilité de nos finances publiques. »

Les derniers articles