MEDEF Actu-Eco de la semaine du 8 au 12 décembre 2014

<p>FRANCE<br />1. Balance commerciale en octobre 2014 : -58,9 milliards d’euros en cumul sur un an, niveau de février 2011<br />2. Production industrielle en octobre 2014 : -0,2% sur un mois, +0,5% en moyenne mobile sur trois mois<br />3. Crédits nouveaux au secteur privé en octobre 2014 : -12% en cumul sur un an (-14% pour les entreprises, -10% pour les ménages)<br />4. Emploi salarié au 3ème trimestre 2014 : -55 200 postes, -59 700 sur un an</p><p></p><p>INTERNATIONAL<br />5. Marché de l’emploi aux Etats-Unis en novembre 2014 : +321 000 créations d’emploi, taux de chômage de 5,8%<br />6. Tendances récentes des marchés</p>

1. Balance commerciale en octobre 2014 : -58,9 milliards d’euros en cumul sur un an, niveau de février 2011

* Le déficit FAB-FAB des échanges de marchandises s’est à peine réduit en octobre 2014, passant de -4,7 à -4,6 milliards d’euros. Cette évolution est imputable à une progression un peu plus marquée des exportations (+0,5%, après +1,5%) que des importations (+0,1%, après +0,6%), toutes deux en décélération.

L’accroissement des exportations traduit notamment de très solides livraisons aéronautiques et spatiales et la réalisation de grands contrats de matériel militaire. En revanche, les ventes de pétrole raffiné et de produits pharmaceutiques se sont repliées.
Concernant les importations, la contraction des approvisionnements en produits pétroliers raffinés a annulé les hausses observées ailleurs (industrie aéronautique et navale, produits pharmaceutiques, hydrocarbures naturels).

* En glissement sur douze mois, le déficit commercial a retrouvé son niveau de février 2011 à -58,9 milliards d’euros. Il poursuit donc sa réduction, entamée à l’automne 2011. Les échanges ont continué de se replier en octobre 2014 : les exportations se sont contractées pour le 15ème mois consécutif (-0,6% sur un an) et les importations pour le 19ème mois consécutif (-1%).

* En données FAB-CAF (pour une analyse sectorielle et géographique), le déficit, toujours en glissement sur douze mois, est passé de -78,6 milliards d’euros en octobre 2013 à -76,2 milliards d’euros en octobre 2014. Cette évolution recouvre :

–  Par zone géographique :

  • une réduction du déficit de nos échanges avec l’Europe : de -38 à -33,7 milliards d’euros pour l’Union européenne (de -41 à -39,4 milliards d’euros pour la seule zone euro) et de -10,7 à -9,5 milliards d’euros pour l’Europe hors UE ;
  • un creusement du déficit avec l’Asie  de -23,3 à -24,6 milliards d’euros, et avec l’Amérique, de -1,5 à -2,6 milliards d’euros, imputable dans les deux cas à un repli des exportations ;
  • un déficit devenu excédent avec l’Afrique, de -0,2 à +1,6 milliard d’euros ;
  • une baisse de l’excédent avec le Proche et Moyen Orient de +2,5 à +0,8 milliard d’euros (baisse de -5,2% des exportations et hausse de +9,3% des importations).

–   par secteur :

  • un creusement du déficit dans l’industrie manufacturière, de -23,7 à -27,2 milliards d’euros, principalement imputable à une progression des importations (+0,8%) ;
  • une baisse de l’excédent agroalimentaire, de +11,5 à +9,4 milliards d’euros, en raison d’un repli des exportations (-3,6%) ;
  • une réduction du déficit énergétique, de -66,4 à -58 milliards d’euros, imputable à un repli de -9,9% des importations, effet mécanique de la baisse des cours mondiaux.

2. Production industrielle en octobre 2014 : -0,2% sur un mois, +0,5% en moyenne mobile sur trois mois

* La production dans l’ensemble de l’industrie  s’est légèrement repliée en octobre 2014 : -0,8% en volume, après avoir stagné en septembre.

Dans le seul secteur manufacturier, la production s’est également repliée : -0,2%, après +0,3%. Cette modeste baisse recouvre des évolutions sectorielles contrastées :

  • repli dans les industries agricoles et alimentaires (-0,9%), notamment dans la production de produits laitiers et le travail au grain, dans la fabrication d’équipements (-0,8%) et dans la fabrication d’ « autres produits industriels » (-0,1%) ;
  • accroissement dans la cokéfaction et le raffinage (+0,9%) et dans la fabrication de matériels de transport (+0,3%).

* En moyenne mobile sur les trois derniers mois connus (août, septembre, octobre 2014), la production manufacturière a progressé de +0,5% par rapport aux trois mois précédents (-0,3% sur un an). Cette hausse recouvre :

. un repli dans la fabrication de caoutchouc (-0,1%), dans les industries agricoles et alimentaires (-0,3%), dans la fabrication de textile-habillement-cuir (-0,9%) et dans la fabrication de bois et papier (-1,6%) ;
   
. une stagnation dans la fabrication de matériels de transport ;

. une progression dans l’industrie chimique (+0,4%), dans la fabrication d’équipements (+0,8%), dans l’industrie pharmaceutique (+3,5%) et, de façon plus marquée, dans la cokéfaction et le raffinage (+10,9%).

Malgré cela, la production dans l’industrie manufacturière ne parvient pas à se redresser. Elle reste inférieure de -16,9% à son point haut du 1er trimestre 2008.

3. Crédits nouveaux au secteur privé en octobre 2014 : -12% en cumul sur un an (-14% pour les entreprises, -10% pour les ménages)

* Les crédits nouveaux au secteur privé (entreprises et ménages) se sont contractés de -12,1% entre octobre 2013 et octobre 2014. Ils se sont ainsi établis à 355,3 milliards d’euros en cumul sur un an, plus bas niveau depuis novembre 2004. Cette baisse se retrouve chez les sociétés non financières (SNF) comme chez les ménages, et ceci malgré des taux d’intérêts bas.

* Les crédits nouveaux aux SNF ont continué de se replier : -14,1% en cumul sur un an à 183 milliards d’euros. Cette baisse a été plus marquée pour les crédits à moins d’un an (-17,3%), représentant 2/3 des crédits nouveaux, que pour les crédits à plus d’un an (-6,9%), c’est-à-dire pour une bonne part, ceux destinés à financer les investissements.

* Les crédits nouveaux aux ménages ont également continué de se contracter : -9,9% en cumul sur un an à 171,9 milliards d’euros. Les crédits nouveaux à l’habitat sont inférieurs de -12,8% à leur niveau d’octobre 2013, alors que les crédits à la consommation ne lui sont inférieurs « que » de -1,3%.

4. Emploi salarié au 3ème trimestre 2014 : -55 200 postes, -59 700 sur un an

L’INSEE vient de publier une seconde estimation de l’emploi salarié dans le secteur marchand non agricole pour le 3ème trimestre 2014, qui donne des résultats nettement moins optimistes que dans la précédente (mi-novembre).

Cette nouvelle estimation fait en effet état :

  • de créations d’emploi un peu moindres au 2ème trimestre 2014 (+7 100 postes, contre +8 400 dans la première estimation) ;
  • de pertes d’emploi nettement plus importantes au 3ème trimestre (-55 200 postes, contre -34 100 dans la première estimation).

Sur un an, -59 700 postes auront ainsi été perdus dans le secteur marchand non agricole et -179 400 sur deux ans…

Dans le détail, les pertes d’emploi ont été un peu moins marquées que prévu dans l’industrie manufacturière (-11 300 postes, contres -13 000) mais plus marquées dans la construction (-15 200 postes, contre -11 100). La forte révision à la baisse tient au tertiaire hors intérim : l’emploi salarié était, dans un premier temps, estimé en hausse de +12 900 postes au 3ème trimestre 2014, alors qu’il s’est replié de -6 900 postes, selon la dernière estimation.

5. Marché de l’emploi aux Etats-Unis en novembre 2014 : +321 000 créations d’emploi, taux de chômage de 5,8%

* L’emploi dans le secteur non agricole aux Etats-Unis a progressé de +321 000 postes en novembre 2014, plus forte hausse depuis janvier 2012. Les créations de septembre ont été révisées de +256 000 postes à +271 000 et celles d’octobre de +214 000 à +243 000.

Ces créations recouvrent un accroissement de +7 000 postes des effectifs du secteur public et de +314 000 postes dans le secteur privé. Au sein de ce dernier, la grande majorité des postes créés l’ont été dans le tertiaire (+52 700 dans les commerces, +16 700 dans le transport, +4 000 dans l’informatique, +20 000 dans les activités financières, +86 000 dans les services aux entreprises). Les effectifs ont augmenté de +20 000 dans la construction et de +28 000 dans l’industrie manufacturière.

Sur un an, 2 734 000 emplois auront ainsi été créés dans le secteur non agricole. Ils dépassent de 7,5% leur niveau de 2010 (+9,6% pour le secteur privé, -2,5% pour le secteur public).

* Le taux de chômage s’est stabilisé en novembre dernier à 5,8% de la population active, plus bas niveau depuis juillet 2008. Il s’était établi à 7% en novembre 2013.

Le nombre de chômeurs s’est accru de +115 000 personnes. En revanche, le nombre de chômeurs de longue durée (supérieure à 27 semaines) s’est réduit de -101 000 personnes. Ils représentent 30,9% du nombre total de chômeurs.

Les derniers articles